Android Market version Pro arrive bientôt!

En effet, la plate-forme de téléchargement de Google devrait se perfectionner en version professionelle. De la sorte, l’environnement Blackberry se retrouve nettement visé.

Selon plusieurs sites spécialisés dans la téléphonie mobile, Google serait sur le point de presenter une version « Business » de l’Android Market qui a pour but de mieux viser les professioneels et les entreprises. Il semblerait que cette innovation soit lancée la semaine prochaine.

Le rôle considérable des développeurs

Andy Rubin, résponsable de la division Android de Google, expliquait l’été dernier « qu’Android ciblera les salariés nomades en plus des fonctions grand public comme le social Networking ».  De plus, il a ajouté  »qu’à ce jour, Android propose très peu d’applications professionelles, mais à l’avenir, l’entreprise sera au centre de nos développements ».

Toutefois, Google ne donne pas plus de détails concernant ces informations mais on peut imaginer une déclinaison mobile perféctionnée  »des Google Apps », un ensemble d’applications professionelles que Google proposerait aux entreprises contre un abonnement annuel.

L’objéctif est évident: la suprématie des Blackberry est dans la ligne de mire. Confrmément aux chiffres de Gartner en 2009, Blackberry OS détenait une part de marché mondiale de 19.9% pour 34.3 millions de combinés équipés. Cependant, l’iPhone OS reste tout proche, sa part marché atteint 6.2 points à 14.4% avec 24.9 millions de combinés.

Parallèlement, Android avance aussi à grande vitesse avec une part qui prend 3.4 points, soit la deuxième performance annuelle, à 3.9% pour 7 millions d’unités équipées. Ainsi, RIM, le fabricant des Blackberry doit beaucoup s’inquiéter en ce moment en dépit de son App World. Néanmoins, il est nécéssaire de rappeler qu’une grande partie des applications pro Blackberry sont crées spécifiquement pour une entreprise.

On peut en conclure qu’en visant les entreprises, Android pourrait donc doper son succès sur le marché avec des références qui se renouvellent sans cesse. Or, une question reste en suspend: comment Android parviendra t-il à convaincre les développeurs qui pour l’instant se focalisent sur des applications gratuites et grand public? Ainsi, les développeurs se retrouvent être des acteurs au centre des préoccupations de Google, car sans eux l’Android Market n’aura de business que le nom.

 

Source: androidguys.com

Les enjeux des applications mobiles seront decryptés lors du Mobile 2.0

La 4e édition du Mobile 2.0 aura lieu du 9 au 10 Mars à la Cité des Sciences de Paris. C’est là bas qu’auront lieu de nombreuses conférences et les six « awards » recompenseront les applications les plus performantes de l’année.

Le Mobile 2.0 est devenu en 4 ans un événement incontournable pour les spécialistes d’Internet Mobile. Ce salon a un double objéctif, tout d’abord, pour faire un point sur les usages et les pratiques mais aussi de mettre en avant les innovations et les applications mobiles les plus judicieuses.

Le thème de cette nouvelle édition est: « 2 jours pour décrypter le média mobile ». De plus, dix conférences thématiques seront proposées telles que l’analyse sectorielle, le zoom sur la localisation, le paiement mobile, les meilleures pratiques en terme d’usage et le combat des App Stores et des Web Apps.

 

Les App Awards

Parmi les orateurs il y aura:

     > Yves Tyrode, Directeur Général du techno Centre Orange

     > Philippe Huysmans, patron Europe de Microsoft Mobile

     > Bertrand Dupuis, Nokia (OVI)

     > Tristan Nitor, Mozilla

Les premiers « App Awards » seront décernés aux meilleures applications mobiles disponibles sur les plates -formes de téléchargement. En effet, ce salon « Mobile 2.0″  a toujours insisté sur l’innovation des services mobiles par la présentation de sociétés et le concours de startups. Ainsi, cette année sera organisé le 1er concours d’applications par un jury d’experts des services mobiles et par le public. L’application mobile qui aura été portée sur plusieurs plateformes sera recompensées par un prix spécial, sponsorisé par Streamezzo.

Enfin, le 10 Mars les trophées seront remis par les sponsors dotés de 50 000 euros sous forme de licence, de mobile et d’aide à la visibilité et de soutien marketing. A ce jour, 15 applications ont été séléctionné par un jury compoé d’experts et de journalistes.

 

Il s’agit de:

- Goomeo, partager sa vie numérique (Windows Mobile)

- Wipolo, assistant personnel de voyage (iPhone)

- Comuto, le covoiturage (iPhone)

- Pleex, sauvegarde de vos contacts  et fonnées mobiles. (OVI, WM, iPhone, RIM, Android)

- Visit Paris, l’histoire de Paris en 50 vidéos (iPhone)

-  Spotify, votre musique en streaming et MOD (iPhone, Android)

- Sensorly, temps réel de la qualité du signal GSM (Android)

- Splashdata, gestion de vos login et mot de passe (WM, iPhone, RIM, Android)

- Friendticker, interagir directement avec les marques (iPhone)

- Imsense, la correction automatique de vos photos (iPhone)

- MixDJ, découvrir des milliers de  Dj mix (iPhone)

- Logic Immo, l’agence immobilière dans votre poche (OVI, iPhone, Android)

- Métro Paris, la réalité augmentée pour localiser vos stations de métro (iPhone)

- Flook, the world’s first serendipitous discovery engine (iPhone)

- Cookineo, je ne sais pas cuisiner! (iPhone)

 

Source: businessmobile.fr

Android VS iPhone: au même niveau en Janvier pour le téléchargement d’applications

On constate que les utilisateurs d’iPhone sont les leaders en terme de téléchargement d’applications. Toutefois, selon une étude d’AdMob, la réalité est différente si l’on croit les statistiques du mois de Janvier dernier.

En effet, le bilan d’AdMob indique qu’en moyenne, les iPhoners ont téléchargé 8.8 applications en Janvier dernier sur l’App Store soit beaucoup moins que pour les propriétaires d’un iPod Touch qui eux ont téléchargé au moins 12.1 applications. Cette difference s’explique selon AdMoB par le fait que l’iPod Touch a une cible jeune et donc plus attirée par les applications.

Les applications payantes loins derrière

Concernant la ventilation gratuit/payant, AdMob a ajouté que sur les 8.8 applications téléchargées, seulement 1.8 applications sont payantes sur l’iPhone. Du côté de l’iPod Touch, 1.6 applications payantes ont été técléchargées en moyenne sur le 12.1 au total. De ce fait, il reste très peu d’argent afin de financer les milliers de dévéloppeurs qui créent ces applications sur l’App Store et qui le considèrent comme un paradis.

AdMob a également comparé ces chiffres avec Android. En dépit d’un nombre d’applications bien inférieur (25 000 contre Apple avec 125 000), le nombre moyen de téléchargements est presque le même que pour Apple. En outre, il s’élève à 8.7 applications téléchargées en Janvier.

Cependant, le nombre de logiciels payants installés est plus faible: 1.1 en moyenne. Ile st nécéssaire de rappeler que depuis Novembre dernier, AdMob est  une filiale de Google.

 

Source: businessmobile.fr   

Apple fait tri dans ces applications

Certes, en deux jours, plus de 5000 applications ont été retirées de la plate-forme de téléchargement Apple Store du fait qu’elles avaient pour la plupart une connotation sexuelle.

On savait déjà qu’Apple bannissait tout ce qui était plus au moins érotique de l’App Store. De plus, les applications coquines qui réussissaient à passer à travers les mailles du filet étaient systématiquement mises hors e la plate-forme.

Toutefois, selon les chiffres d’AppShopper.com, en eux jours (le 17 et 18 Février dernier), plus de 5000 applications ont été retirées de l’App Store; ce qui démontre bien que l’App Store a plus de failles qu’on ne croit.

Réalisme économique ou pudeur informatique exagérée?

Apple a en effet commencé à mettre en oeuvre ploitique plus stricte concernant les applications a contenu érotique. Ainsi, toute connotation sexuelle est bannie même si aucune nudité n’est montrée.

Dimanche dernier une porte-parole d’Apple a déclaré à l’Agence France Presse, qu’à chaque fois qu’Apple reçoit des plaintes de clients sur un contenu contestable, celles-ci sont examinées. De ce fait, si le groupe estime que ces application présentent des contenus qui ne sont pas acceptables, ils sont supprimés. Par la suite, Apple demande au programmeur de procéder aux changements requis pour pouvoir être distribués par Apple.

Tactique ou simple logique? Apple serait-il en train de suivre à la ligne les lois américaines ou plutôt n’est-ce pas une tactique pour préparer le terrain pour l’iPad dont la cible est plus familiale que l’iPhone.

 

Source: businessmobile.fr

Oyez, Oyez braves gens, le lancement de la plateforme Blackberry bientôt disponible en France

Les utilisateurs de Blackberry auront bientôt le bonheur de profiter de la plateforme d’application RIM. Déjà sorti en Angleterre, au Canada et aux USA, la plateforme RIM sera disponible pour la fin de la semaine en France et dans de nombreux pays d’Europe.

App Store for BlackBerry est un petit programme gratuit qui intéressera tous ceux qui aiment rajouter de nouvelles fonctionnalités à leur mobile. App Store for BlackBerry vous propose de parcourir le catalogue des applications existantes pour votre mobile et de les télécharger. Vous pourrez aussi les noter en fonction de vos goûts. Vous pourrez ainsi connaître les logiciels les plus téléchargés et les plus appréciés.

 Pour en bénéficier, il suffira de télécharger une application dédiée sur les serveurs de RIM.

 

Plus que quelques jours et vous pourrez donc ajouter de nouvelles fonctionnalités à votre mobile.

 

Source : www.generation-nt.com

Des applications store, en veux-tu, en voilà !

Alors que LG avait promis une application store avant la fin 2009, Samsung pourrait bien le devancer  en lançant son application Store pour très bientôt. Samsung développe son  portail Samsung Movie Store lançait au mois de mars. C’est ce qui a été annoncé à la conférence du 15 juin 2009.

Après Apple, Nokia LG… il ne manquait plus que l’opérateur sud Coréen.

Malheureusement cette application store ne sera compatible que sur peu de portable.  Tout comme Apple Store, plusieurs entreprises autres que Samsung pourront proposer leurs applications. En espérant que les développeurs suivent, en effet, le succès d’un Application Store est lié à la diversité et à la technologie de ses applications.

Samsung devra sûrement trouver un arrangement pour être sûr de pouvoir alimenter régulièrement son stock d’applications mobiles. Sinon, celui ci deviendrait vite obsolète avec l’arrivée de nouvelles générations de terminaux.

 

Source : www.generation-nt.com

Ouverture de l’Appli Store de SFR

    SFR a mis en ligne l’Appli Store en version bêta avec un peu de retard- son ouverture était prévue le 19 novembre. Il propose des applications pour les Mobile Internet Device (MID) sous Linux, les netbooks ainsi que pour les PC sous Linux, Windows et les Mac. Il sera possible à partir de l’année prochaine d’avoir accès à l’Appli Store avec des smartphones fonctionnant sous Windows Mobile. Pour l’instant l’Appli Store ne propose qu’une vingtaine d’applications réparties en six catégories (communication, jeu, utilitaires, multimédia, actu/info et éducatif) parmi lesquelles on retrouve Facebook, eBayDesktop, le jeu Memory entre autres, toutes ces applications sont gratuites. Mais SFR veut par la suite proposer des applications payantes créées par des développeurs. SFR devrait reverser 70% des revenus générés par la vente des applications aux développeurs. D’ailleurs l’opérateur a lancé un concours récompensant la meilleure application pour encourager les développeurs à commercialiser leurs applications sur l’Appli Store.

    La question est de savoir si l’Appli Store va pouvoir faire le poids face à l’App Store d’Apple et ses 300 millions de téléchargements, l’Android Market de Google et l’Application Center de RIM. En outre SFR s’adresse à une cible assez restreinte pour l’instant en ne proposant de télécharger des applications qu’aux abonnés qui possèdent des ultraportables et des MID.

    Source: pcinpact.com

    L’Appli Store de SFR

      Après l’App Store d’Apple, l’Android Market de Google et l’Application Center de RIM c’est au tour de SFR de lancer l’Appli Store. Il sera possible dès le 19 novembre de télécharger des applications gratuites et payantes. Mais ce service n’est disponible à l’heure actuelle que pour les PC et les Mobile Internet Devices et le sera pour les smartphones fonctionnant uniquement sous Windows Mobile courant 2009.

      Pour l’instant SFR propose 50 applications, parmi ces applications on trouvera entre autres Adobe media player, AOL Top 100 videos, eBay, des jeux et des outils comme Google Analytics. L’opérateur s’est associé avec Adobe et Intel afin de proposer des applications multi-écrans pour les PC, les smartphones, les lecteurs multimédia et la télévision. SFR cherche également à étoffer son catalogue en sollicitant les développeurs avec l’organisation d’un concours du 30 octobre au 31 janvier récompensant « les applications mobiles de demain ». Les meilleures applications seront intégrées à l’Appli Store. En revanche SFR n’accepte que les applications « qui confirment la démarche Internet de SFR », il n’y aura donc aucune application de voix sur IP par exemple.

      En ce qui concerne la rémunération des développeurs, SFR compte leur reverser 70% des revenus de l’Appli Store. Le prix des applications ne devra pas dépasser 10 euros.

      Source: Mobinaute

      Handango va proposer des logiciels Android

        Handango Android

        La boutique en ligne de logiciels pour téléphones mobiles, Handango, va créer une section dédiée aux applications pour les mobiles fonctionnant sous Adroid. Pour ce faire, Handango cherche à attirer les développeurs en proposant un référencement de leurs applications gratuites et payantes. De plus Handango donne la possibilité de vendre une application avec une licence renouvelable régulièrement ce que l’Android Market et l’App Store ne proposent pas. Handango va également allouer 25000 dollars pour la publicité des applications gratuites et payantes ce qui représente une faible somme en comparaison avec les centaines de milliers de dollars offerts par Google.

        Selon Handango il est possible d’acheter des applications sur le web puis de les télécharger sur le mobile malgré les difficultés du T-Mobile G1 pour synchroniser les données avec un PC. A l’heure actuelle quelques applications sont déjà référencées comme les jeux EA Mobile.

        Source: generation-nt.com